Infos Mayotte ( le groupe )

Un peu d’histoire pour les profanes :"Mayotte, le 101ème département français…"

Mayotte est française depuis 1841, année de sa vente au pays par le sultan de l’époque Andriantsouly, soit avant Nice ou bien encore le territoire de Belfort qui pour mémoire n’ont intégré l’ombre de la cocarde qu’en 1922 pour le second (département) et 1860 pour la grande localité du Sud. Pourtant, la tête d’épingle plongée dans l’Océan Indien a, à de multiples reprises au cours de son passé, risqué de perdre ce rattachement, notamment en 1974 heure de l’indépendance de l’archipel des Comores composé de 4 îles alors colonisées : Grande Comore, Anjouan, Mohéli et Mayotte. Si les trois premières choisirent de quitter le giron bleu blanc rouge grâce à une écrasante majorité au cours d’un référendum, une nouvelle fois l’île au lagon se démarqua et joua la carte de la dissidence en enfonçant encore sa “marque de fabrique” résolument française.

Dès lors, un long combat débuta, d’un point de vue comorien qui ne reconnut jamais cette direction prise et l’ambition de la population mahoraise de vouloir être totalement intégrée à l’hexagone du vieux continent. Les batailles furent âpres, diplomatiquement parlant jusqu’en 2009, année cruciale qui assoit de manière définitive l’avenir institutionnel d’Hippocampe. Un avenir pavé d’immenses bouleversements…

La consécration

La métropole et l’ensemble du monde francophone d’ailleurs, se sont réveillés le lundi 30 mars 2009 avec surprise : ils disposaient depuis la veille d’un tout nouveau département, perdu aux confins de l’Afrique de l’Est, blotti dans les eaux chaudes du canal du Mozambique entre le continent et la grande île malgache. En effet, la veille, les Mahorais s’étaient rendus au rendez-vous ultime fixé par la République pour dire si “oui” ou “non” à travers un référendum ils consentaient à franchir une nouvelle et dernière étape statutaire : devenir le 101ème département français, le cinquième d’outre-mer. Avec 95,27 % des voix en faveur du “Oui” et un taux de participation dépassant allègrement les 60 %, le résultat s’inscrivit tel un record de la démocratie française qui au cours de son histoire eut bien peu souvent l’occasion d’enregistrer un tel plébiscite. Dès lors, plus rien ne peut perturber le rythme de la marche amorcée véritablement en 1958 au congrès de Tsoundzou où la volonté de métamorphoser le territoire en département français fut pour la première fois très clairement exprimée. Mayotte est et sera donc consacrée 101ème département et cinquième DOM en mars 2011, à l’instant où les élus locaux auront été renouvelés aux élections cantonales…

Le “DROM-adhère”

Il convient toutefois d’apporter une petite et singulière précision qui fait de cette mutation une innovation. A l’instant où le statut de DOM (Département d’Outre-Mer) a été remis en question par la Guadeloupe, la Martinique, voire même La Réunion, l’île au lagon se cramponne au système et s’apprête même à en faire l’un des creusets de la réforme amorcée de la vieillissante loi du 2 mars 1982 sur la décentralisation. En effet, en devenant département, le dernier né va également prendre du galon en élargissant le cadre de ses compétences à celui d’une région. Ainsi, les conseillers généraux seront en 2011 également bombardés conseillers régionaux, portant par voie de conséquence une double casquette. Une situation unique qui préfigure toutefois l’orientation que devrait prendre le schéma général institutionnel français lancé sur les rails d’une nécessaire modernisation.

Les grands changements

En attendant les élections cantonales et régionales programmées dans un an et demi et qui ne feront l’objet que d’un seul et unique scrutin, la marmite où mitonne la cuisine des grands changements ajoute chaque jour un peu plus la multitude d’ingrédients nécessaires à la préparation de la recette DROM (Département Région d’Outre-Mer) qui sera servie prochainement au banquet national. Allocations chômage, allocations vieillesse, personnes handicapées, mise en place d’une fiscalité de droit commun, des différents codes publics, aménagement du territoire, rattrapage du SMIC, constructions de centres d’enseignement du premier, et du second degré, etc, etc, sont au programme. La création d’un pôle universitaire, le PUMA pour les intimes, est déjà dans les tuyaux, à l’instar de la création d’un parc naturel marin délimité par les immenses dimensions du lagon fermé dont dispose l’île. Aéroport, piste longue, développement du tourisme, phases globales de normalisation en termes de commercialisation ou bien encore de production, tout ce qui équipe en règles, droits, devoirs, un département français digne de ce nom apparaîtra dans les prochaines années, les prochains mois, obligeant l’économie à réaliser un bond en avant incroyable en misant sur ses atouts les plus sûrs : l’aquaculture, le tourisme, la consommation des ménage et la hausse de leur pouvoir d’achat… Les efforts à fournir tant au plan local qu’au niveau gouvernemental sont en matière d’investissements proprement énormes et se matérialisent par deux points majeurs : le contrat de projet 2008-2014 et les fonds structurels européens.

Les moyens

En mai 2008, le contrat de projet Etat-Collectivité était signé pour une enveloppe globale d’un peu plus de 550 millions d’euros destinés à amorcer la réalisation d’Hippocampe. Jamais un budget aussi conséquent n’avait encore été alloué à l’île qui sort petit à petit du bal des parents pauvres de la République. Une République qui met donc la main à la poche, même si crise oblige, il existe encore quelques ratées à l’allumage des étages de la fusée qui mettra Mayotte en orbite. Second point : en intégrant le cercle très fermé des départements d’Outre-Mer, l’île aux parfums devient normalement éligible au statut de RUPE (Région Ultrapériphérique Européenne) dont l’un des principaux avantages réside dans l’attribution de fonds structurels permettant le rattrapage des retards accusés par les territoires éloignés de l’Union. Cette accession marquera sans aucun doute une étape déterminante qui modifiera le quotidien dans son ensemble des Mahoraises et des Mahorais pour les prochaines décennies. En attendant et pour conclure, Mayotte est sortie de l’anonymat et s’apprête à devenir l’une des nouvelles destinations touristiques mondiales présentant tous les avantages de l‘Europe, bien loin de l’instabilité politique qui règne encore malheureusement dans cette région du globe. Récit Mayotte Matin

En savoir plus
Comité Départemental du Tourisme

Tél. : (0269) 61 09 09 – Fax : (0269) 61 03 46 –
site : http://www.mayotte-tourisme.com/