Fidel Castro Fan Club

"Notre devoir aujourd’hui, de peuple pauvre et sous-développé, est de produire le plus grand effort pour sortir de la pauvreté, de la misère, du sous-développement. Mais dans l’avenir, nous ne pourrons pas penser à la richesse pleine tant qu’il y aura d’autres peuples qui auront besoin de notre aide. Il est nécessaire que dès à présent nous éduquions notre peuple et éduquions nos enfants pour que demain, quand nous aurons résolu ses besoins, demain notre idéal ne soit pas la richesse ; notre idéal et notre devoir premier, ce sera d’aider ceux qui seront restés derrière nous. Eduquons notre peuple dans ce concept du devoir international, éduquons notre peuple dans ce sens du devoir internationaliste, pour que dans ce pays, dans dix ans, il n’y en ait pas un seul qui dise que s’il manque de quelque chose, c’est parce que nous en aidons d’autres, mais que nous ayons un type d’homme qui soit capable de penser que les autres sont des êtres humains comme lui et qui soit plus disposé à se déposséder de ses biens pour les donner aux autres plutôt que d’en posséder sur le dos des autres. Et si dans les années futures, une partie de notre peuple pense de telle manière, ce sera sans aucun doute parce que nous autres, les dirigeants de ce peuple, nous n’aurons pas su éduquer politiquement notre peuple de manière accomplie, ce sera parce que notre Parti n’aura pas su éduquer dans le sens profond de l’internationalisme, sans lequel on ne peut nommer personne marxiste-léniniste, et sans lequel même ce jour de Premier Mai, Jour International du Travail, manquerait de sens.
(…) Dans le monde de demain, et tant que dans le monde existerons les frontières, l’égalité absolue entre les peuples devra prévaloir, et devra prévaloir ce principe bien au-dessus de la puissance de n’importe quel peuple, ou de la taille de quel que peuple que ce soit. Nous autres savons que nous luttons pour cela, peu importe le prix, peu importent les difficultés qui surviendront dans ce pays pour maintenir cette position, pour ne pas se plier devant rien ni personne. Parce que ces sacrifices, consciemment, et ces difficultés, consciemment, nous sommes en train de les affronter au nom du monde du futur, au nom du droit des peuples dans le monde de demain à jouir de la pleine indépendance, de la pleine liberté de critère. Et après la lutte contre l’impérialisme qui est la lutte dans le monde d’aujourd’hui contre le pire mal d’aujourd’hui, il est honorable pour notre patrie de lutter dès aujourd’hui contre les maux de demain."

Fidel Castro, 1er mai 1966